Vers la version texte
Sommaire

 

Forêts, écosystème caractéristique de notre paysage

Les forêts du Parc national sont le résultat d’ une longue histoire. Des forêts de feuillus dominées par des hêtres se sont formées après la dernière période de glaciation il y a environ 10 000 ans dans l’ Eifel et en Europe centrale. En les exploitant pendant les dernières décennies l’ homme a presque provoqué son entière disparition:

  • La production de charbon de bois exigeait beaucoup de bois de hêtre, apprécié pour son haut pouvoir calorifique
  • Le tannage des peaux nécessitait une grande quantité de poudre d’ écorce de chêne, le tannin
  • La création de pâturages et de terres arables entraînait le déboisement des espaces forestiers. 


Dans les dernières 150 années, des mesures de reboisement ont été prises en introduisant une essence importée, l'épicéa, choisie en raison de sa croissance rapide. Il en résulte un net accroissement des surfaces forestières.

Ces différentes époques ont laissé des traces dans le Parc national. Aujourd’ hui, le visiteur peut découvrir deux formes de forêts: la forêt vierge d’origine et la forêt autrefois exploitée à des fins économiques. Il a ainsi la possibilité d’ observer la lente transformation de la forêt exploitée d’ hier en une forêt vierge.

Alors que des forêts de feuillus essentiellement composées de chênes et de hêtres dominent au nord du Parc, à Hetzingen et Kermeter, des forêts d’épineux essentiellement composées d'épicéas dominent au sud , à Wahlerscheid. Le pin, une autre essence d’épineux, est surtout présent dans la forêt de Kermeter, située à l’est.

 

 

Les forêts abritent une végétation et une faune riches. Au printemps, les plantes herbacées forestières transforment le sol en un tapis multicolore. Le lichen et les mousses colonisent le bois des vieux arbres leur donnant un aspect archaïque. En été et en automne, les champignons apparaissent à la surface du sol. Les pics abrités dans les cavités des vieux troncs d’arbres ou les chats sauvages cachés dans les sous-bois illustrent la variété des espèces animales vivant dans nos forêts.

 
 

Les conifères, essences forestières introduites très résistantes

Depuis la dernière période glaciaire il y a environ 10 000 ans, les conifères ne sont plus des essences naturelles de l’Eifel.

 

Les plantes des forêts de conifères

Dans ces forêts règnent d’autres conditions de vie que dans les forêts de feuillus. Dans les forêts de conifères, le sol est souvent plus acide et la couche d’humus, constituée d’épines, plus épaisse. Parce que les arbres gardent leurs épines toute l’année, ils laissent passer peu de rayons de soleil et, seules, peu de plantes poussent au sol par manque de lumière.

 

La faune des forêts de conifères

Les forêts de conifères dans le Parc national ne sont pas d’origine naturelle puisqu’elles sont composées d’essences importées. Pourtant certaines variétés animales préfèrent vivre dans ces biotopes que dans les forêts de feuillus.

 

Forêts de feuillus, nos forêts vierges de demain

Notre parc a été déclaré parc national en raison de la richesse écologique de ses forêts de feuillus. Une de nos missions essentielles est de les protéger.
 

Plantes des forêts de feuillus

Dans les forêts de hêtres (Fagus sylvatica) du Parc national de l’Eifel, on trouve aussi le chêne (Quercus) et occasionnellement l’érable des montagnes (Acer pseudoplatanus). On distingue deux sortes de hêtraies en fonction de la composition de la strate herbacée.

 

La faune des forêts de feuillus

De nombreuses variétés animales de petite ou de grande taille ont trouvé refuge dans les forêts de feuillus du Parc national de l’Eifel. Elles offrent protection et nourriture à différents mammifères ; citons avant tout le cerf élaphe (Cervus elaphus), le chevreuil (Capreolus capreolus), le sanglier (Sus scrofa) et le mouflon (Ovis orientalis).
 
 



Vers le haut de la page