Vers la version texte
Sommaire

 

L’eau sous toutes ses formes

Si on considère la moyenne annuelle des précipitations, le Nord de l’Eifel est une région de moyenne montagne à la fois pluvieuse et riche en eaux.

Attention! Il y a eaux et eaux : sur nos sites on trouve l’eau sous forme d’ eaux courantes (rivières) et d’ eaux stagnantes (lacs, étangs et mares). Les grands lacs de retenue forment un cas à part puisqu’il s’agit d’eaux courantes qui, une fois retenues par un barrage, deviennent eaux stagnantes artificielles. Selon le type d’eau, l’écosystème est différent.

 

 
 

Eaux courantes, les artères vitales du paysage

I

Un réseau de petits et grands ruisseaux traverse le Parc national (voir carte des eaux). Presque tous ces ruisseaux se jettent dans la Rur, soit directement soit après avoir coulé dans l’Urft.

 

Les plantes des eaux courantes

Les cours d’eau du Parc national de l’Eifel sont le plus souvent étroits et ombragés et coulent sur un lit caillouteux où vivent très peu de plantes.
 

La faune des eaux courantes

Le chabot (Cottus gobio) et la truite commune (Salmo trutta) sont très présents dans les cours d’eau du Parc national.  Par contre,  on ne trouve la lamproie de rivière (Lampetra planeri) que dans la Fuhrt (ruisseau). 
 

Eaux stagnantes, de petites étendues très complexes

Certains ruisseaux ont été retenus avec des digues, créant ainsi de petits étangs. Ce fut surtout le cas sur les chemins traversant le cours d’une rivière par exemple à Wahlerscheid ou Kermeter. Ces étangs de retenue servaient autrefois à l’extinction du feu ou à la pisciculture. Pour les animaux vivant dans ces rivières, la digue de retenue représente un obstacle sur la voie naturelle de leurs déplacements.

 

Les plantes des eaux calmes

La végétation dans et autour des étangs et des mares du Parc national dépend avant tout de la profondeur de l’eau et de la durée de couverture de l’eau.
 

La faune des eaux stagnantes

Dans les petits étangs de retenue et autres petites étendues d’eau du Parc on observe une grande diversité animale.

 

Les barrages, monuments architecturaux et précieux écosystèmes

Les barrages servent à retenir l’eau. Selon le besoin et la fonction d’un barrage, l’ eau est soit utilisée, soit évacuée, de façon continue ou temporaire. Les barrages retenant l’eau destinée à l’industrie servent avant tout à régler le régime des eaux : ils assurent la protection contre les hautes eaux et garantissent une quantité minimale d’eau courante. Les autres barrages retiennent l’eau destinée à l’alimentation de la population en eau potable.

 

La faune du barrage de l’Urft

Depuis au moins 1987 le héron cendré (Ardea cinerea) vit en colonie sur la rive sud du barrage de l’Urft et dès la fin des années 90 on évalue à une trentaine le nombre de couples de hérons cendrés.  Dès 2002 le grand cormoran (Phalacrocorax carbo) commence à abriter ses œufs dans les nids utilisés par le héron cendré, de sorte qu’on évalue également à une trentaine, le nombre de couples de cormorans.
 
 



Vers le haut de la page