Vers la version texte
Sommaire

 

Rochers et landes sèches, habitats aux conditions de vie extrêmes

Certaines formations rocheuses doivent leur forme actuelle à leur histoire : jadis, elles ont servi d’ardoisière ou de carrière pour la construction de routes ou du barrage de l’Urft. Les rochers à découvert sont des roches siliceuses et pauvres en substances nutritives. Sur le plan géologique il s’agit de houille, d’argile et de grès.

En plus de la nature de la roche, l’orientation du soleil sur les rochers et le degré d’ombre sont décisifs. Le pied du rocher ou sa partie plus élevée, à l’ombre des arbres, présente de toutes autres conditions de vie que le sommet exposé au soleil.

Le microclimat, lié au manque de lumière et à l’humidité, offrent un terrain idéal pour la mousse et la fougère. L’humus, formé à partir du feuillage et des épines nichés dans les cavités, offre aux plantes graminées et herbacées les conditions favorables pour prendre racines. Les rochers semi-ombragés forment le biotope d’origine de la callune (bruyère commune) mais aussi d’autres variétés de bruyères. Aujourd’hui, elle pousse sur de vastes domaines sableux façonnés par l’homme tels que la Drover Heide ou la Schavener Heide dans les alentours du Parc.

Les rochers situés à découvert sont des habitats aux conditions extrêmes du fait de leur microclimat chaud et sec. On y trouve seulement la végétation et la faune adaptées à ces conditions : lichen, herbes qui retiennent l’eau dans d’épaisses feuilles, reptiles et certaines variétés de papillons.

Les rochers sont pour la plupart d’origine naturelle. Ne nécessitant pas de mesures de conservation, ils font partie de la zone de processus d’évolution naturelle. De nombreuses espèces animales et végétales qui y ont trouvé refuge, figurent sur la liste des espèces en danger. Rares et très sensibles, elles font l’objet de mesures de protection particulières. Le lichen, par exemple, pousse très lentement mais peut être rapidement détruit si un visiteur le piétine par mégarde. C’est pourquoi l’escalade des rochers est interdite dans le Parc national (voir décret).

 
 

La végétation des rochers

Les rochers situés à l’ombre sont plutôt humides. Ils offrent l’écosystème favorable aux différentes variétés de mousses. Parmi les plus courantes et les plus facilement reconnaissables, notons l’hypne cyprès (Hypnum cypressiforme) ou les mousses du type racomitrium (Racomitrium heterostichum).

 

La faune des rochers et landes rocheuses

Même si les rochers  semblent au premier abord être un site peu accueillant pour les animaux, il s’avère au deuxième coup d’oeil que de nombreuses espèces rares voire menacées en Rhénanie du Nord–Westphalie  y vivent. 
 
 



Vers le haut de la page