Vers la version texte
Sommaire

Vous êtes ici: Francais - Nature/ Paysages - Welcome
Gebärdensprache Deutsch English Nederland Francais
 
 

Plantes des prairies

La plupart des gens s’imaginent une prairie comme un paysage de collines couvertes d’herbes. A juste titre puisqu’une grande diversité de plantes herbacées vertes pousse sur les prairies et les pâturages du Parc national.

Des herbes basses telles que l’agrostis capillaire (Agrostis capillaris) et le nard raide (Nardus stricta) peuplent les espaces pauvres en substances nutritives et les pelouses. Ce dernier a des racines très compactes et très résistantes notamment au piétinement du bétail ; C’est pourquoi le pâturage par les moutons y est même favorisé. Les plantes à fleurs multicolores sont plutôt courantes, jaunes comme le genêt ailé (Genistella sagittalis), bleues comme le polygale à feuilles de serpolet (Polygala serpyllifolia) ou blanches comme le fenouil des Alpes (Meum athamanticum). L’arnique (Arnica Montana), connue pour ses bienfaits thérapeutiques dans le traitement des plaies et plante typique des pelouses à nard raide, reste néanmoins rare dans le Parc national.

Il existe aussi d’ autres types de prairies tels que les prairies d’avoine élevée et les prairies de fauche de montagne, sur lesquelles poussent des herbes hautes. Le sous-sol est plus riche en substances nutritives. Le fromental élevé (Arrhenatherum elatius) est caractéristique de la végétation de basse altitude et l’avoine doré (Trisetum flavescens) typique de la haute altitude. Au printemps, certaines prairies se transforment en un océan de fleurs jaunes avec la floraison de milliers de narcisses (Narcissus pseudonarcissus) comme dans la vallée de la Wüste (allemand: Wüstebachtal). Sur ces prairies poussent également des plantes telles que le fenouil des Alpes (Meum athamanticum), le petit rhinante (Rhinanthus minor) et la raiponce noire (Phyteuma nigrum).

D’autres plantes à fleurs multicolores telles que le gesse à feuilles de lin (Lathyrus linifolius), le géranium des bois (Geranium sylvaticum) ou bien la bétoine officinale (Betonica officinalis) peuplent ces sites. De nombreuses plantes citées ci-dessus sont déclarées menacées en Rhénanie du Nord – Westphalie.

Sur les prairies humides et mouillées poussent principalement des plantes vivaces hautes, des joncs et des graminées. La renouée bistorte (Polygonum bistorta) avec son inflorescence rose et cylindrique et la grande pimprenelle (Sanguisorba officinalis) rouge foncé sont particulièrement esthétiques. On y rencontre souvent le jonc à fleurs aigües (Juncus acutiflorus), le jonc non-feuillé (Juncus effusus), la canche cespiteuse (Descampsia cespitosa) ou la molinie bleue (Molinia coerulea). La colchique d’automne (Colchicum autumnale), rose, est une particularité puisqu’elle fleurit en automne, en dehors de la saison habituelle. Attention ! Elle contient du colchicine, substance hautement toxique, semblable à l’arsenic.

Si les prairies humides et mouillées ne sont plus fauchées comme dans les nombreuses vallées du Parc national de l’Eifel, les arbustes comme la reine des près (Filipendula ulmaria), le cirse des marais (Cirsium palustre), la grande ortie (Urtica dioica) ou le fromenteau (Phalaris arundinacea) colonisent dans un premier temps les espaces que le saule et l’aulne envahiront plus tard.

 
 



Vers le haut de la page