Vers la version texte
Sommaire

Vous êtes ici: Francais - Nature/ Paysages - Welcome
Gebärdensprache Deutsch English Nederland Francais
 
 

La faune des arbrisseaux de genêt

La pie-grièche écorcheur (Lanius collurio) séjourne de mai à septembre dans le Parc national de l’Eifel. Cet oiseau arborant une tache noire en forme de bandeau à la hauteur des yeux est menacé aussi bien en Rhénanie du Nord – Westphalie que dans l’Eifel. C’est une variété animale typique du complexe de biotopes prairies-haies-forêts bien représenté sur l’ancien terrain militaire Vogelsang du plateau de Dreiborn. Le nom allemand de cet oiseau est impressionnant puisqu’il se nomme le „tueur“. Cela vient du fait qu’il embroche sa proie, sauterelle ou petit rongeur, avec son bec pour former sa réserve de nourriture ou pour la dépecer sur les épines des buissons - le prunellier (Prunus spinosa) ou l’aubépine (Crataegus). La fauvette grise (Sylvia communis), la fauvette des jardins (Sylvia borin), le bruant jaune (Emberiza citrinella) et la linotte mélodieuse (Acanthis cannbina) habitent dans les arbrisseaux de genêt du plateau de Dreiborn. Ils se nourrissent principalement d’insectes, d’araignées, de mollusques, de graines et de baies. La locustelle tachée (Locustella naevia) et le tarier pâtre (Saxicola torquata) classé menacé, sont bien plus rares.

Le thècle de la ronce (Callophrys rubi) est également caractéristique des arbrisseaux proches d’espaces non boisés. Etant le seul papillon indigène avec des dessous d’ailes verts, on le reconnaît sans hésiter. Ce papillon diurne se nourrit de préférence de fleurs de genêt, de mûres ou de framboises et dépose ses oeufs dans leurs bourgeons. Le gazé (Aporia crataegi), variété menacée, qui dépose également ses oeufs dans l’aubépine (Crataegus) ou bien l’isturga limbaria ourlée de noir, qui nourrit ses larves de genêt à balai sont d’autres variétés caractéristiques des arbrisseaux de genêt.

Les arbrisseaux permettent aux mammifères de plus grande taille d’être à l’abri des regards sur ces sites découverts. C’est pourquoi plus d’un visiteur passera près d’un chevreuil, d’un renard ou d’un chat sauvage lors d’une randonnée sur le plateau de Dreiborn sans remarquer la présence de l’animal.
 
 



Vers le haut de la page